Dimanche 23 avril 2017  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Exposition Leipzig-Montréal
Pour s’y retrouver dans les méandres transatlantiques
Article mis en ligne le jeudi 6 septembre 2012

 
Photo: Gracieuseté

Les artistes québécois et allemands de l’exposition Leipzig-Montréal

La Maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce présente, du 1er septembre au 14 octobre l’œuvre multidisciplinaire Leipzig-Montréal qui explore les possibilités et les barrières du langage.

Caroline Saint-Laurent, de l’UQÀM, et Marie-Ève Levasseur, étudiante à la maitrise à l’Académie des Beaux-Arts de Leipzig, ont monté un « tunnel transatlantique » qui, entre penser, parler et écrire, cherche à joindre la Saxe et le Québec.

Il s’agit à la fois du premier volet d’une exposition en deux temps et deux variantes, et d’une première pour deux étudiantes qui ont rassemblé les œuvres de dix artistes montréalaises et allemandes de la relève.

Ce qu’elles nomment ainsi est en fait la métaphore d’un lieu de rencontre transculturelle et de travail à distance. « Je voulais partager ce que j’ai appris à connaître en Allemagne et ce que je connaissais déjà ici à Montréal et amener des collègues de nouvelles cultures », affirme Mme Levasseur.

Elle a vécu en Allemagne, où elle a trouvé plusieurs similitudes entre la culture est-allemande et la culture québécoise. Plusieurs années plus tard, elle a découvert plusieurs différences qui ne l’avaient pas frappée au départ.

C’est de là qu’est venue l’idée du projet. « J’ai trouvé que ça pourrait être enrichissant de marier ces deux univers par une exposition des deux groupes », a-t-elle dit.

Le tunnel de Leipzig-Montréal est fait de pièces d’art qui ajoutent une information au grand tableau pour illustrer la problématique relative à l’échange entre deux cultures.

On y découvre l’œuvre de cinq artistes d’Allemagne et cinq de Montréal dont Marie-Eve Beaulieu, une résidente de Notre-Dame-de-Grâce qui est récipiendaire de la bourse d’excellence McAbbie en 2005.

L’exposition comprend de la performance, de la peinture, de l’installation, de la vidéo et une œuvre sonore et réunit cinq pratiques artistiques très différentes des deux villes.

« Ça présentait tout un défi parce qu’on ne part pas d’une thématique principale, mais du concept de l’échange transatlantique, de l’intérim, de l’entre-deux (de Leipzig à Montréal), de l’espace, du temps, du décalage horaire, de l’espace des communications et de l’Internet », lancent pêle-mêle les artistes.

Il y a par exemple une œuvre sonore de Daniel Pauselius, dans laquelle l’artiste répète le mot « barrière de langue » en français, en anglais et en allemand en faisant des anagrammes.

Au départ, l’idée était de construire un pont entre Leipzig et Montréal. Mais la métaphore du tunnel convenait mieux. « Le tunnel peut avoir des canalisations et se ramifier, tandis qu’un pont est en ligne droite. Cette métaphore offre la possibilité de rentrer dans l’œuvre et d’aller ailleurs, puis d’en sortir et même d’y participer », poursuivent-elles.

« L’idée de l’échange est dans l’air du temps », souligne affirme Nadege Grebmeier Forget commissaire et coordonnatrice invitée du volet Montréal. « En ce moment, la Maison de la culture Frontenac fait un échange Québec-Suisse et il y avait un certain enthousiasme ici », affirme-t-elle.

L’exposition est présentée dans toutes les salles d’exposition de la Maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce jusqu’au 14 octobre prochain.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca