vendredi 15 avril 2016
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Conseil d'arrondissement / Borough Council » Les citoyens ne croient plus dans les cas isolés
Les citoyens ne croient plus dans les cas isolés

Les citoyens ne croient plus dans les cas isolés

Une semaine après l’arrestation de Michael Applebaum, Projet Montréal a réclamé une enquête sur les procédures en vigueur sous l’administration de l’ancien maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Il n’est plus question de parler de cas isolés quand des accusations aussi graves pèsent sur les anciens dirigeants, selon Michael Simkin. À la dernière séance du conseil avant la pause estivale, l’avocat de formation a réclamé rien de moins qu’une enquête sur l’administration.

«Michael Applebaum fait face à 
14 chefs d’accusation. Les citoyens ont le droit de savoir ce qu’il a laissé derrière lui et d’exiger que la réputation de leur arrondissement soit réhabilitée», a ajouté Peter McQueen, conseiller de Notre-Dame-de-Grâce.

Les deux membres de Projet Montréal ont également encouragé les citoyens à appuyer leur revendication et à poser leurs questions aux élus.

Pendant la séance, Christian Arseneault, futur rival de Susan Clarke dans Loyola, a demandé que la conseillère présente des excuses pour avoir critiqué les policiers  de l’UPAC. «Mme Clarke leur reproche l’arrestation du maire aux petites heures du matin, et elle fait un lien peu crédible entre le suicide en mars dernier de Robert Rousseau et l’interrogatoire de la police», a-t-il dit.

M. Arseneault tenait à savoir pourquoi la conseillère avait attendu jusque-là pour critiquer la méthode de l’UPAC alors qu’elle n’avait rien dit pour l’arrestation des autres maires. Le maire Lionel Perez a accepté de faire parvenir sa question par écrit à la conseillère, sans pouvoir lui promettre qu’elle y répondrait.

La question de M. Arseneault, en pleine période pré-électorale, a suscité  des réactions partagées. Mais personne ne s’attendait à une mise au point non équivoque de Stéphane Plante, directeur d’arrondissement, soulevant spontanément quelques chaleureux applaudissements. «Ce que je demanderais, par respect pour les fonctionnaires, [les familles] et particulièrement pour les personnes décédées, c’est que cette campagne ne se fasse pas sur le dos des gens qui nous ont quittés dans des circonstances extrêmement pénibles», a répliqué 
M. Plante d’un ton contrarié, en soulignant «le devoir de réserve» que s’imposent en ce moment les fonctionnaires.

Alors que le malaise certain engendré par sa réaction planait encore sur l’auditoire, Peter McQueen s’est évertué à justifier la question du candidat de Projet Montréal. «[…] les commentaires de Mme Clarke sont aussi un manque de respect pour les gens qui travaillent à l’UPAC», a-t-il répliqué alors que le président tentait fermement de le rappeler à l’ordre.

M. Arseneault a répondu qu’il n’oserait jamais «faire de la politique sur le dos des fonctionnaires», et qu’il y a deux façons de voir cette question.

Peter McQueen a renchéri que la position de Mme Clarke a soulevé des doutes dans la communauté de NDG. «Ce qui pose problème, c’est le fait qu’elle ait critiqué la police. […] Des gens croient que Michael Applebaum a été arrêté par la force policière du Québec parce qu’il est anglophone».

Lionel Perez a indiqué que chacun a droit à ses opinions, mais qu’il fait toujours pleinement confiance aux institutions en place comme les tribunaux, la police et le système de justice fondé sur la présomption d’innocence. «On ne peut pas savoir ce qui motive chaque décision des unités», a-t-il répondu.

À l’opposé, certains résidents croient qu’il aurait fallu laisser l’ex maire par intérim en poste jusqu’aux prochaines élections pour mieux faire avancer les grands projets d’infrastructure. «Il reste à discuter du budget 2014, alors que c’est en octobre qu’on en parle normalement. On ne peut pas attendre à la dernière minute puis se retrouver avec une augmentation d’impôts fonciers de 3,5%», a dit le citoyen activiste.

Sa recommandation: «Il faut aller aux urnes en nombre record le 
3 novembre prochain. On a la meilleure raison de le faire en ce moment», a-t-il dit.


Marie Cicchini | redaction@lesactualites.ca
Photo : Marie Cicchini


 

 

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top