samedi 30 avril 2016
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Culture » Des expositions durant l’été

Des expositions durant l’été

Le sens du quotidien
Alain Laframboise est né à Saint-Benoît-des-Deux-Montagnes en 1947. Il est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Montréal (1974) et d’un doctorat en philosophie et esthétique des formes de l’Université de Paris X-Nanterre (1980). Spécialiste de l’art de la Renaissance, il a enseigné l’histoire et la théorie de l’art à l’Université de Montréal de 1976 à 2008. Il a cofondé et codirigé les éditions et la revue TROIS de 1985 à 1996 et publié plusieurs textes consacrés à l’art contemporain à titre de critique d’art et de commissaire. Artiste, il a exposé, à partir de 1983 des œuvres revisitant, depuis Poussin jusqu’à Duchamp, en passant par Cornell, les dispositifs de la représentation : d’abord sous forme de «boîtes» aux techniques mixtes pour ensuite emprunter surtout au médium photographique dans le cadre d’expositions individuelles et collectives tant au Canada qu’en Europe. Enfin, mentionnons que ses œuvres figurent dans plusieurs collections publiques et privées. Il est représenté par la Galerie Graff à Montréal.

Réunissant, sur une période de plus de trente ans, des séries photographiques, des assemblages sculpturaux et des projections vidéographiques, l’exposition Alain Laframboise : Le sens du quotidien constitue un véritable itinéraire de vie artistique. Tel un voyage temporel, elle présente des visions domestiquées de notre quotidien qui, ne se donnant qu’à la volée du temps et des heures qui défilent, focalisent sur l’ordre des choses qui perpétuellement nous échappe.
Constituant un survol exhaustif de l’œuvre de Laframboise, l’exposition porte un regard particulier sur un univers d’objets-témoins d’une certaine culture populaire : des photographies, scénographiant de magnifiques scènes de genre, accentuent notre présence aux choses. Des assemblages sculpturaux, s’apparentant à des cabinets de curiosités, composés d’objets collectionnés au gré de flâneries aux puces, invitent, dans leur rapprochement, à redéfinir la symbolique des éléments qui les composent. Et, des images filmées, mettant en scène des poupées et des figurines pivotant sur elles-mêmes, métaphorisent l’éternel recommencement de la vie journalière tout comme elles communiquent un sentiment de familiarité au travers d’une prise de conscience des qualités esthétiques que renferment les objets de la vie courante. Du 5 mai au 14 septembre au Centre d’exposition de l’Université de Montréal.

Le peint quotidien
De son coté, le musée de l’Oratoire Saint-Joseph présente cet été les peintures à la tempera d’André Bergeron, peintre lithographe. Dans cette exposition se marient les horizons et les arbres des paysages, les verts des plantes, les rouges, les roses et les jaunes des fleurs des jardins avoisinants et quelques scènes d’hiver tout près de l’atelier.
Du 8 mai au 12 octobre

Barda sur le toit
Cet été, les créateurs de l’atelier Barda prendront d’assaut la terrasse de la maison de la culture de Côte-des-Neiges. Ils nous proposeront un chantier en développement sous forme d’amalgames de matériaux recyclés, d’ossatures en bois évoquant des petits abris, des refuges secrets à investir… Matières, lumières, compositions, sont quelques-unes des pistes de réflexion qui guideront leur travail de réappropriation des lieux, évoquant au passage l’idée d’intimité et d’habitation idéale, au sein même de la grande ville bouillonnante…
Du 25 juin au 27 septembre

Le monde en chantier : Architectures fictives
Ce projet d’exposition collective repose essentiellement sur le travail de créateurs passionnés qui explorent à leurs façons les notions fondamentales d’utopie, de rêve et de fiction qui sont reliées au grand thème de l’habitation. Leurs œuvres, pour la plupart élaborées à partir de matériaux simples et accessibles, laissent entrevoir des mondes imaginaires ludiques, riches et multiformes englobant les sphères de l’onirisme et de la poésie, mais aussi celles, plus concrètes, de la construction, du savoir-faire et de l’organisation spatiale. La magie toute simple qui rayonne de leurs travaux a l’étrange capacité de toucher et d’émouvoir. En outre, pour son plus grand plaisir, le visiteur sera amené à imaginer sa propre vision poétique d’une architecture idéale ou d’un urbanisme utopique, et à prolonger sa rêverie sur ce grand thème qu’est l’habitation.
Du 25 juin 2015 au 22 août à la Maison de la culture CDN

Les Actualités
Photo gracieuseté © Alain Laframboise, Nicolaas

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top