samedi 30 avril 2016
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Santé / Health » La solution saline serait meilleure que l’eau savonnée pour nettoyer les blessures
La solution saline serait meilleure que l’eau savonnée pour nettoyer les blessures

La solution saline serait meilleure que l’eau savonnée pour nettoyer les blessures

De nombreux progrès scientifiques ont été réalisés dans la prestation des soins et la prévention des infections des fractures ouvertes, mais le nettoyage d’une plaie à l’eau savonneuse avant la chirurgie est encore une pratique couramment utilisée. Une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l’Université McMaster, en collaboration avec l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, a constaté qu’il est plus efficace d’utiliser de l’eau saline que de l’eau et du savon.

Dans le cadre de l’étude, les fractures ouvertes aux bras ou aux jambes de 2 400 personnes ont été nettoyées avec de l’eau et du savon ou avec une solution d’eau saline, en utilisant l’un de trois niveaux de pression d’eau (faible, moyen et fort). Le suivi des patients a été effectué afin de comptabiliser ceux qui se sont fait opérer de nouveau dans les 12 mois suivants à cause d’une infection ou de problèmes de cicatrisation des plaies. Les chercheurs ont constaté qu’une pression très faible d’eau propre était une solution de rechange à moindre coût pour laver les fractures ouvertes, et qu’il avait fallu réopérer plus souvent dans le groupe où du savon avait été utilisé.

«Ces résultats pourraient avoir des conséquences importantes dans le monde entier sur la prise en charge de patients qui ont des fractures ouvertes puisque les pays en développement font face à un nombre disproportionné de cas», écrit l’un des coauteurs de l’étude, le Dr Edward Harvey, chef de traumatologie orthopédique au Centre universitaire de santé McGill et professeur de chirurgie à l’Université McGill. «Avant, la plupart du temps nous utilisions de l’eau en forte pression et du savon pour nettoyer la plaie, mais ce n’est plus le cas, et cela en fait une pratique optimale beaucoup moins chère.»

L’étude a été réalisée sur une cohorte de patients dans 41 sites aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Norvège et en Inde. La majorité des patients étaient des hommes, dans la quarantaine, souffrant d’une fracture d’un membre inférieur, causée le plus souvent par un accident de la route.

Ces travaux ont été financés par les Instituts de recherche en santé du Canada, le Programme de recherche en traumatologie orthopédique du U.S. Army Institute of Surgical Research, le Programme de recherche orthopédique évalué par les pairs du U.S. Army Institute of Surgical Research et l’Association Internationale pour l’Ostéosynthèse Dynamique.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Scroll To Top