samedi 16 avril 2016
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Conseil d'arrondissement / Borough Council » Plus de minorités visibles au conseil municipal
Plus de minorités visibles au conseil municipal

Plus de minorités visibles au conseil municipal

Marvin Rotrand appelle les partis municipaux à redoubler d’efforts pour présenter des candidatures issus des minorités visibles lors des élections municipales de novembre 2017.

«Les élections peuvent sembler encore loin, mais il est plus que temps pour les partis de se pencher sur la question de la représentativité du conseil municipal. Actuellement, seuls 4 conseillers sur les 103 que compte la Ville de Montréal sont issus des minorités visibles; si on ajoute les villes liées, on retrouve 6 élus sur 208 postes électifs sur l’île. Même si on considère les membres de minorités ethniques ou religieuses, le taux de représentation demeure trop bas par rapport à leur poids démographique», a indiqué le conseiller de Snowdon et instigateur d’une motion qui sera débattue lors du conseil municipal du 25 janvier.

Des efforts ont été déployés par les partis municipaux lors des élections de 2013. Il reste que ce n’est pas suffisant pour assurer un niveau adéquat de représentation et qu’il faut donc se fixer des objectifs et sortir des réseaux connus pour convaincre des candidats issus de la diversité de se présenter.
Montréal n’est pas la seule ville en cause. Winnipeg compte 1 seul siège sur 15 occupé par un conseiller des minorités visibles. À Vancouver, où plus de la moitié de la population est issue de minorités visibles, seuls 2 postes sur 10 sont détenus par des candidats issus de ces communautés.

Un impact positif
«Le fait d’avoir des élus membres de minorités visibles aide à créer un sentiment de confiance et encourage une plus grande participation à la politique et aux élections municipales», a indiqué Khokon Muniruzzaman, commissaire scolaire dans Côte-des-Neiges-Snowdon.
Érik Hamon, candidat aux élections municipales de 2013, rapporte une expérience similaire. «Pendant la campagne 2013, de nombreuses personnes m’ont confié que la communauté philippine était énergisée de voir un candidat issu de notre communauté.»
«En mars 2015, j’ai présidé une simulation de conseil municipal composé de femmes dans le cadre de SimulActions 2015. Les montréalaises issues des minorités visibles étaient beaucoup mieux représentées qu’au conseil municipal. L’intérêt dans toutes les communautés pour la politique municipale est bien présent», Qu’ils choisissent d’évoluer au sein d’un parti ou qu’ils se présentent comme indépendants, les montréalais issus des minorités culturelles doivent sentir qu’ils peuvent trouver leur place au conseil municipal.» a conclu Érika Duchesne, conseillère indépendante du Vieux-Rosemont.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Scroll To Top